image_pdfimage_print

Parisiens… gningnin gnin… ne me mentez pas, on l’a tous dit un jour, tout comme on regarde les plaques des gens qui, allez savoir pourquoi, ne conduisent pas comme nous… et lorsqu’il est écrit 75 ou même 95, on débite les pires insanités à la seconde. Bref, à Cham comme ailleurs, les autochtones de la capitale en prennent souvent pour leur grade.

Et bien, à l’heure des vacances, je vais oser (oh la vilaine allez vous dire) vous proposer une escapade à Paris ! Figurez-vous que les Parisiens sont très courtois (bon d’accord, peut-être pas au volant) et très avenants, oui monsieur ! Pour tout vous dire, des amis du Val d’Oise m’ont ouvert les portes de leur maison, m’ont chouchoutée et même carrément rincée. « Tu es notre invitée, tu ne paieras rien » (avenants mais autoritaires quand même!) Bref, j’ai passé un très agréable moment avec des Parisiens adorables ; ça fait beaucoup de compliments quand même ; trop peut-être ? Non, non, j’ai vraiment envie de casser le mythe : les Parisiens sont foncièrement gentils si on ne compte pas les indécrotables, comme partout j’ai envie de dire, hein les boutches ?

Revenons  à nos moutons. Qui mieux qu’une Parisienne pouvait m’organiser l’escapade parfaite à Paname ? On s’est garé vers la Tour Eiffel. Le premier « effet Eiffel » lorsque mes deux minis monstres l’on aperçue fut sauts et cris d’excitation.  » Non mais Maman, c’est la Tour Eiffel de Paris, tu te rends compte ? » Évidemment je me rend compte, elle est unique et majestueuse, elle suscite tant de questions et d’admiration.

On l’a observée en long et en large mais on n’a pas pu tenter son ascension, l’attente étant trop longue. D’où mon conseil : réservez vos billets à l’avance sur http://www.tour-eiffel.fr/, vous pourrez ainsi vous présenter à l’accueil VIP où une charmante personne vous permettra d’accéder immédiatement à la très convoitée tour.

Paris c’est aussi la gastronomie et ses nombreux bistrots. Nous avons déjeuné dans l’un deux, (Le Castel Café, très proche de la Tour) avec son décor très parisien, ses tables alignées en terrasse, cliché typique de la ville. Un parfait petit décor à touriste qui nous a ravis. Une carte simple mais copieuse.

Une fois le ventre bien rempli, direction les quais, au pied de la Tour. Mon amie avait eu L’Incroyable idée ! Comment faîtes-vous pour  visiter Paris avec deux « boulets » (pardon mes chéris) accrochés aux baskets? Et bien la solution est :  une heure de croisière en bâteau mouche sur la Seine ! Et là encore où ma parisienne d’amie a été très brillante, c’est lorsqu’elle a sorti de son sac les places achetées sur le net (http://bateauxparisiens.com), ce qui nous a permis de monter de suite à bord!

Piaf, Montant et autres amoureux de la ville nous donnaient le son et même le ton de la croisière. Les commentaires expliquant les différents monuments de Paris que les Quais nous offraient s’agrémentaient toujours d’une petite anecdote, nous avons même respecté la légende qui dit que si l’on fait un vœu sous le pont Marie, il sera réalisé dans l’année…

Et si ce vœu était de vouloir revenir à Paris pour y découvrir une autre facette, un autre musée, un autre quartier?

Je ne vous cache pas néanmoins que je vais être heureuse de retrouver nos trois ronds points et leur fluidité,  et me réjouis d’avance de ne pas avoir à faire attention aux motards qui doublent par la droite et aux chauffards qui pensent avoir acheté la route. Ah ma province, on n’y est bien quand même ! C’est peut-être pour cela qu’ils y viennent ces parisiens….