Aujourd’hui j’ai joué les alpinistes du dimanche. L’Aiguille du Midi trônant magistralement dans un ciel bleu azur, m’appelait moi et ma troupe. Alors que d’autres se ruaient vers la Vallée Blanche, nous on a juste eu envie de prendre de la hauteur.

Nous avions entendu parlé du « pas dans le vide« , cet exploit technologique à la terrasse sommitale mais n’y étions pas encore allés. Alors, avides de sensations fortes et de complicité en ce jour ensoleillé, nous sommes montés tous les quatre à l’assaut de notre énigmatique montagne.

Nous sommes donc parti de 1050m avec une température de -1,5°C et sommes allées à 3842m où les -15°C nous ont bien ravigotés. Après avoir admirés la vue qui ne nous lassera jamais, nous nous sommes trouvés à deux pas du « pas ». On nous demande alors d’enfiler d’énormes chaussons de feutre (sans avoir à enlever nos chaussures). « Déposez vos sacs, appareils photos, crampons pour éviter tous projectiles sur le verre », nous informe les hommes de la Compagnie du Mont-Blanc. Ca y est, on va le faire, on va être au dessus de 1000m de vide dans une cage de verre suspendue par le haut (pas comme au Grand Canyon). Mais ils sont fous ces Français ! Bon je m’étais bien renseignée. 36mm d’épaisseur de verre (3 couches de 12mm) pouvant soutenir 1,5 tonnes. Alors c’est sûr qu’avec les 173kg max que nous devions faire à nous quatre, on était loin du compte ! (On ne peut pas y aller plus de quatre par soucis de confort).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Oui mais là il faut y aller. Nous sommes encore sur le « béton ferme » et il faut faire le pas. « Un petit pas pour nous mais un grand pour notre courage »… C’est tellement transparent, tellement haut… Ah l’alpiniste du dimanche, elle rigole moins là, elle n’a ni baudrier, ni corde pour la retenir… Allez 1,2,3 on fait le pas !

Amazing dirait les Américains ! C’est grandiose tout en étant « flippant » à la fois ; un mélange de béatitude et de nervosité. On n’est pas peu fiers d’être là, d’avoir surmontés notre appréhension, alors on sourit de bon cœur pour la photo souvenir que la personne de la Compagnie fait volontiers avec notre appareil.

A peine sortis,  nous nous sommes dit que nous reviendrions. C’était impressionnant, fort en sensation, vertigineux et magnifique !

Un chamoniard qui n’y va pas c’est comme un parisien qui n’irait pas à la Tour Eiffel !

Un aperçu en vidéo :

Le site de l’Aiguille a beaucoup changé ;  l’Espace Vertical consacré à l’histoire de l’alpinisme, l’Espace Mont-Blanc qui offre une vue magnifique sur les trois monts depuis l’intérieur et les magnifiques photos en noir et blanc qui retracent la construction et l’entretien du site font de l’Aiguille du Midi un véritable musée d’altitude.

http://www.compagniedumontblanc.com

Page Facebook

compagnie du mont-blanc

04 50 53 22 75